Entretien avec un community manager camerounais: part 2

Dans la suite de notre série d’interview accordé aux professionnelx du paysage web Camerounais,  Nous avons rencontré un  jeune qui a très vite compris que « Le community management est un métier d’avenir ». Giles Orléant NGUITE, puisqu’il s’agit de lui est  l’ ancien Community manager de Grid Engineering. (et actuellement Community & Customer Manager Graphic insdustrie) .  Il nous raconte avec beaucoup d’humour la pratique de son Job.

iiiGiles Orléant NGUITE, ancien Community manager de  Grid Engineering

Bonjour, peux-tu te présenter et nous dire comment tu as découvert le Community Management et ce qui t’a  motivé à te lancer dans ce métier?

Déjà,  je dois vous remercier pour la considération faite à mon humble personne en particulier et au passionnant métier du community management en général. Il est important de le souligner, tant cette activité encore au stade embryonnaire sur le continent noir a besoin de considération pour assurer davantage de visibilité aux organisations de tous les horizons.

Je suis Giles Orléant NGUITE,  originaire de l’Ouest-Cameroun, 25 ans, titulaire d’une licence en communication d’organisations obtenue à l’université de Douala en 2011 après un baccalauréat A4 d’option espagnole et pratiquant du community management.

Je découvre et embrasse le métier par l’orientation d’un aîné, M. Serge Destin TAMPOLLA, ingénieur informaticien et promoteur de Grid Engineering, une société de service et d’ingénierie Informatique (une SSII pour emprunter au jargon). Membre d’une association, je m’évertuais à promouvoir l’image de cette dernière face à sa communauté de sympathisants via des mails multi-destinataires. Ils y trouvaient un réel intérêt et mon mentor, n’étant pas du reste, m’a intégré dans son entreprise où j’ai bénéficié de l’apprentissage du community management. M’a-t-il confié, je faisais du mailing sans en avoir conscience. Comme quoi, j’y étais prédisposé.

Quelle définition précise donnes-tu au community management  qui jusqu’ici reste encore très large de sens ?

Bien vu, la notion du community management est polysémique et chacun y va de sa lecture pour lui donner une acception. Littéralement, on pourrait l’entendre comme la gestion des communautés. Mais encore, il faudrait y ajouter le côté numérique de la chose. Alors, je dirai que c’est l’activité qui consiste à fédérer les internautes autour d’une cause. Je me réserve au passage de toute prétention de faire consensus, autant ce métier a de sens que de synonymes (communication-web, gestion des communautés, e-communication, influence, médiation de conversations interactives, modération, animation de réseaux sociaux …).

Que réponds-tu à ceux qui disent que le Community management est une simple compétence et non un métier ?

Une compétence, je ne dirai pas mais des compétences. Le pratiquant doit au préalable avoir une bonne connaissance de ce qu’est la communication et être à même de se servir de l’outil informatique. Deux fonctions qui constituent, à elles seules, tout un univers. C’est donc un métier à part entière qu’il convient d’intégrer au département communication ou marketing d’une entité éventuelle.

Il n’existe pas encore, dans la plupart des pays du monde, des institutions qui forment au métier de community management et les profils métier sont encore sujets à polémique. Alors quelle est, selon toi, le profil type du bon Community manager ?

Le constat n’est pas reluisant. Les Etats et les investisseurs privés devraient s’atteler à préparer les jeunes à l’exercice de cette profession car les technologies de l’information et de la communication modernes n’ont de cesse de gagner le large. Dans ce contexte, le curriculum vitae à priser correspondra aux caractéristiques suivantes : une formation de base en marketing ou en communication, la bonne connaissance de l’outil informatique, une bonne culture du web et le maniement de plus d’une langue. Des atouts qui vont conjointement avec l’aisance rédactionnelle, le sens de la chat, la réactivité, la passion et un brin d’humour.

Comment se déroulent tes journées en tant que CM? Quelles sont les différentes activités que tu mènes ?

Mes journées de travail se suivent mais ne se ressemblent pas. Elles sont consacrées à la rédaction des articles pour sites et blogs, la mise en avant des articles en question sur les réseaux sociaux, la création et la promotion des événements on-line, l’intervention sur des forums d’échange liés à mes centres d’intérêts, la veille sur la réputation numérique de l’entreprise, l’étude d’impact de mes publications… Autant d’actions qu’on ne saurait conduire en une journée sans planification.

Quelle est l’importance du CM au sein d’une entreprise?  As-tu le sentiment que les entreprises camerounaises ont pris conscience de cette importance ?

La présence du community manager est d’une importance cruciale dans une organisation. Celle-ci a besoin de segmenter sa cible, prendre la parole pour orienter l’attention sur ses valeurs, se doter des relais pour sa communication, de segmenter sa cible ou d’avoir des indicateurs de performance suite à une campagne d’information.

De mémoire de relayeur d’informations, moins d’une demi-dizaine d’entreprises du pays ont annoncé une offre d’emploi pour Community managers. Certes le métier en lui-même est jeune, cependant l’Afrique, ce n’est pas seulement l’affaire du Cameroun, tarde à lui accorder du crédit. Est-ce par ignorance ? Toujours est-il que c’est un facteur de plus pour démarquer le pôle nord du pôle sud.

Précisément, peux-tu nous donner trois raisons d’investir sur les médias sociaux lorsqu’on est une PME au Cameroun?

Les publics immigrent de la télé, de la radio ou de la presse écrite vers Internet. Ce réseau a la particularité de conférer la latitude du plein contrôle des messages et les actions de communication ne sont pas budgétivores. En un mot, les réseaux sociaux permettent une communication précise, avec maîtrise et économie.

Quel est le prix à payer pour réussir grâce aux médias sociaux? Ça coûte cher la communication sur Facebook par exemple ?

Pour y réussir, il suffit simplement de céder la place aux professionnels. Une communication ne s’avère onéreuse que du moment où elle a été erronée, foireuse. Une bonne communication porte toujours des bénéfices puisqu’elle intègre les problèmes de l’annonceur et les besoins de sa cible. Il ne suffit pas de cliquer sur « J’aime » ou de partager en longueur de journée pour espérer de bons résultats sur Facebook, cela pourrait engendrer des pertes de temps et d’argent. Les spécialistes parleraient d’« activité chronophage et budgétivore ».

Les entreprises devraient recruter  un CM en interne ou faire appel à une agence spécialisée? Peux-tu nous citer quelques agences de prestation de service en Community management au Cameroun?

Intérioriser ou extérioriser ce service relève de l’arbitrage du responsable de l’entreprise, il se focalise sur son budget et sur sa stratégie managériale. Néanmoins, un community manager de proximité est l’assurance de la réactivité et de la collaboration. Je ne nierai pas qu’un regard extérieur est toujours le gage de l’objectivité.

Des prestataires de service en community management ?  Je n’en connais pas qui soit en activité sur le triangle national. En revanche, deux ou trois écoles, que je ne voudrais pas citer, en offrent des enseignements depuis 2012. Espérons que ce soit avec tout le sérieux requis et encourageons !

Quelle est l’état du marché du community management au Cameroun? La demande est-elle présente?

Certains jeunes se façonnent un profil de gestionnaire de communautés. En face, le besoin est encore ignoré dans la constitution des ressources humaines.

 Comment vois-tu ce métier dans 5 ans au Cameroun Précisément?

Le community management est un métier d’avenir. Les enjeux de cette profession ne tarderont pas être pris en compte. Toute gestion prévisionnelle ferait mieux de l’intégrer le plus tôt possible. Une évolution fulgurante dans 05 ans ? Il faut une boule de Crystal pour y voir plus clair. Le tout va  se jouer dès la prise de conscience de la place prépondérante d’Internet dans les activités.

Combien gagne le Community manager ?

Voulez-vous que je vous présente mon bulletin de paie ? (Rires) Nos revenus sont similaires à ceux qu’on connaîtrait à un chargé de communication, à un publicitaire… difficile d’avancer quelque chiffre que ce soit. A la base, c’est le fait d’un accord bilatéral entre employeur et employé comme c’est le cas pour la rémunération de tout travail.

Quel conseil peux-tu donner aux personnes qui voudraient se lancer dans ce domaine?

Avec l’expansion d’Internet, les individus se détournent des médias traditionnels de façon graduelle. La communauté d’internautes va croissante et représente  de nos jours un véritable public vers lequel les marques ont et auront besoin d’être défendues. Une opération qui conviendrait d’être menée avec professionnalisme. Il serait alors de bon ton pour les aspirants au métier d’y croire passionnément.

 

Merci d’avoir répondu à nos questions !

C’est à moi de vous remercier, bon vent à www.ismiblog.wordpress.com

Numériquement vôtre !

Lire aussi: Entretient avec un community manager camerounais: part 1

NB: Cet entretient paraîtra dans le e-book « Les Gens du Web »  dont la sortie est prévue pour  octobre.

Publicités

8 réflexions sur “Entretien avec un community manager camerounais: part 2

  1. COOL cet article. Mon confrère Giles, tu est déjà célèbre à ce point?. j’ai lu avec beaucoup de passion ta biographie. Te voila devenu un modèle pour les blogueurs et surfeurs camerounais. Moi aussi je beneficie de la vision de M. Serge TAMPOLLA, DG de GRID ENGINEERING en ce moment. Je renchéris en disant que le community management, le emarketing en general c’est l’avenir; tout est entrain de se déporter du offline vers le online. Beaucoup de courage à nous tous et surtout, felicitations à ISMIBLOG

  2. L’échange avec ISMI a été une belle expérience et j’en suis ravi. Merci Aurèle pour ton attention!

  3. très bon article. moi qui suis profane de la communication, je suis flatté. je suis d’avis pour beaucoup de tes déclaration et visions vu l’évolution de l’information au fil des temps. pour rejoindre M. Simo,l’internet se propage au détriment des autres moyens de communication et par là, toute personne réfléchi devrait y accorder un intérêt. Félicitation et courage à tous.

  4. Hummm Giles, la nouvelle star du web. c bien gar, du courage

  5. Le talent ne fabrique pas il se développe beaucoup de courage mon ferro

  6. Appreciated Big Up Bro
    Remember
    Never Give Up Your Dreams
    The Best Is On The Ways Coming For You!

  7. Pingback: Institut superieur des metiers d'internet | Traffic manager: Métier, formation, évolution

  8. Pingback: Institut superieur des metiers d'internet | Web marketeur: métiers, formation, débouchés et évolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s